Pour beaucoup de gens aujourd’hui, réfléchir à ce que seront les emplois de demain n’est plus une simple question de curiosité : c’est une question de survie. Il y a ceux qui doivent se réinventer parce qu’ils ont perdu leur emploi, ceux qui ont besoin de changer pour des raisons personnelles, et ceux qui voient simplement une impasse devant eux et veulent trouver la bonne porte à ouvrir pour prendre un nouveau chemin.

Quelles que soient la situation et les motivations qui vous poussent à vous intéresser à ce sujet, vous n’êtes pas seul. En fait, le Forum économique mondial a compilé un rapport exécutif très approfondi et intéressant pour l’année 2020, qui comprend des projections sur les emplois du futur de 2021 à 2025. Le rapport regorge d’informations et de conseils utiles pour regarder loin devant et comprendre la direction que prend le monde, au lieu de se laisser emporter.

Comprendre le présent pour comprendre les nouveaux emplois du futur

Il y a quelques mois encore, l’avenir du travail avait un aspect et un calendrier complètement différents. Avant qu’une pandémie ne frappe le monde, de nombreux concepts tels que le travail à distance, le nomadisme numérique, le dropshipping, etc. semblaient encore être des idées irréalistes, lointaines et exotiques.

En quelques mois, cependant, tout a changé. La plupart des entreprises ont été contraintes d’adopter le télétravail sous des formes plus ou moins réussies, et de nombreux travailleurs se sont retrouvés confrontés à des changements dans leur secteur auxquels ils ne s’attendaient pas. Nombre d’entre eux, qui avaient devant eux une voie claire et définie pour plusieurs années encore, ne voient plus que du brouillard et ressentent le besoin de changer de direction.

Mais lequel prendre ? Si vous ne pouvez pas voir du coin de l’œil, il est difficile de voir les chemins de traverse. C’est à cela que servent les analyses telles que celles du WEForum : éclairer le chemin et nous permettre d’entrevoir la direction.

Que révèle donc le rapport de cette année ?

Le rythme d’adoption des technologies que nous connaissons aujourd’hui restera le même, et pourrait même s’accélérer dans certains domaines. Non seulement Covid, mais aussi l’automatisation contribuent à un scénario de changement drastique pour les travailleurs. Le nombre d’emplois que la technologie détruit sera compensé par les nouveaux emplois de l’avenir,  dont beaucoup sont encore imprévisibles. Pour l’instant, cependant, la destruction progresse plus vite que la création.

Dans les années à venir, il continuera d’y avoir un écart important entre la demande de nouvelles compétences et leur disponibilité, ce qui obligera les entreprises à prendre les choses en main et à offrir aux employés une véritable formation pour les mener vers les métiers de demain.

L’avenir du travail est déjà là pour la plupart des professionnels du numérique, car la volonté de numériser les entreprises a donné une accélération rapide aux carrières à distance. Même ceux qui ne changent pas de rôle devront actualiser leurs compétences : la part des compétences de base qui devront changer au cours des cinq prochaines années est de 40 %, et 50 % de tous les employés auront besoin d’une reconversion radicale.

Les emplois les plus menacés

Certains rôles deviennent obsolètes à un rythme alarmant, par exemple les opérateurs informatiques, les assistants administratifs, les commis aux dossiers, les commis à la saisie des données, les commis à la paie et d’autres rôles similaires dépendant de la technologie. Fin 2019, l’émergence de l’avenir du travail semblait assez lente – en grande partie à cause de l’automatisation, de la technologie et de la mondialisation. Le premier semestre de 2020 a bouleversé les choses de manière inattendue.

Les changements provoqués par la pandémie de COVID-19 ont accéléré les tendances à long terme déjà déclenchées par la quatrième révolution industrielle, qui a, par conséquent, gagné en vitesse et en profondeur. Mais tout n’est pas mauvais à l’horizon. Le coronavirus a accéléré les changements déjà en cours, apportant une vague inattendue de peur et d’instabilité qui fait apparaître la situation sous son aspect le plus tragique.

En réalité, les emplois du futur sont nombreux, variés et accessibles à la majorité de la population, et des études affirment que leur quantité et leur qualité seront suffisantes pour compenser à long terme la « mort » des anciens emplois.

Il suffit de penser à l’évolution massive vers le travail à distance et le commerce électronique : des éléments qui ont favorisé certaines professions plus que d’autres, certes, mais qui ont su récompenser ceux qui ont su s’adapter et tourner la situation à leur avantage.

Un autre aspect de la médaille est la croissance de la profession de freelance : parmi les nouveaux emplois de l’avenir, beaucoup seront des emplois spécialisés et de conseil, et pourront être exercés par des professionnels freelance qui sont libres de « travailler intelligemment », mobiles géographiquement et temporellement.

En bref, un monde très différent, mais pas nécessairement plus laid, se profile à l’horizon : une main-d’œuvre hybride et distante, dont les soft skills et les compétences transversales sont appréciés, et que les entreprises valorisent comme leur véritable capital et sont donc heureuses d’accompagner dans la transition.

Mais, après avoir analysé le présent, quels seront les emplois les plus demandés à l’avenir, que l’on peut s’attendre à voir croître le plus dans les années à venir ?

Prédictions concernant les emplois les plus demandés en 2022-2025

Les emplois les plus demandés seront étroitement liés à la croissance technologique des entreprises en Italie et dans le monde d’ici 2025.

Le cloud computing, le big data et le commerce électronique restent des priorités, suivant une tendance établie les années précédentes. Cependant, on constate également une augmentation significative de l’intérêt pour la cryptographie, qui reflète les nouvelles vulnérabilités de notre ère numérique, et une hausse notable du nombre d’entreprises qui prévoient d’adopter des robots non humanoïdes et l’intelligence artificielle.

Ces technologies et leur prépondérance dans un avenir proche varient selon les secteurs. Par exemple, c’est dans les secteurs de l’information et des communications numériques, des services financiers, des soins de santé et des transports que l’intelligence artificielle est la mieux acceptée.

Le big data, l’Internet des objets (IOT) et la robotique non humanoïde connaissent une forte adoption dans le secteur des mines et des métaux, tandis que le gouvernement et le secteur public montrent un intérêt particulier pour la cryptographie. Sur cette base, le WEForum prévoit donc une augmentation fulgurante de la demande pour ces 20 professions d’avenir :

  • Analystes de données et scientifiques
  • Spécialistes de l’IA et de l’apprentissage automatique
  • Spécialistes du Big Data
  • Spécialistes du marketing et de la stratégie numériques
  • Spécialistes de l’automatisation des processus
  • Professionnels du développement commercial
  • Spécialistes de la transformation numérique
  • Analystes en cybersécurité
  • Développeurs de logiciels et d’applications
  • Spécialistes de l’internet des objets
  • Chefs de projet
  • Directeurs des services aux entreprises et de l’administration
  • Professionnels des bases de données et des réseaux internes
  • Ingénieurs en robotique
  • Conseillers stratégiques
  • Analystes de la gestion et de l’organisation
  • Ingénieurs FinTech
  • Mécaniciens et réparateurs de machines
  • Spécialistes du développement organisationnel
  • Spécialistes de la gestion des risques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.